le logoCorinne Lepage veut généraliser la pesée embarquée.


CCB à la pointe de la technologie en matière de lutte contre les rejets

Photo du CDE Dany Dietmann a expliqué à Corinne Lepage le fonctionnement de la pesée embarquée(photo DNA) Corinne Lepage, candidate du mouvement écologiste Cap 21 à la présidence de la République, était hier matin en visite la Porte d'Alsace. Elle venait s'informer sur la pesée embarquée des déchets, système qu'elle inscrit dans son programme électoral.
La candidate et ancienne ministre de l'Environnement du gouvernement d'Alain Juppé (1995-1997) connaissait bien entendu la pesée embarquée. Dany Dietmann, le maire de Manspach (qui n'est autre que son porte parole dans cette campagne présidentielle) lui avait déjà transmis les résultats de ce système qui a transformé la Porte d'Alsace en région championne de France du tri des déchets: 96 kg de déchets non retraités par habitant et par an contre 400 kg au niveau national et 500 kg â Paris.
Mais Corinne Lepage souhaitait voir concrètement comment la mesure s'applique sur le terrain. Dany Dietmann s'est donc exécuté. A la maison de la nature à Altenach, il lui a présenté un diaporama sur le sujet avant de lui montrer une de ces fameuses poubelles équipées d'une puce qui détermine le poids des déchets.

Abroger la taxe et instaurer la redevance.

Corinne Lepage a clairement inscrit la généralisation du tri des déchets dans son programme électoral. Elle l'a dit hier. « OUI, la pesée embarquée est une bonne solution qu'il conviendrait de développer ».
« Le système fonctionne sur le principe: plus on trie, moins on paye. Il rétablit ce que j'appelle la vérité écologique du prix », a indiqué Corinne Lepage qui souhaite l'abrogation de la taxe d'enlèvement des ordures ménagères calculée au prorata de la surface habitable au profit de la généralisation de la redevance. «Cette opération ne pourra se faire du jour au lendemain. C'est évident. Mais sur l'espace d'un quinquennat c'est possible », a affirmé la candidate.
En corollaire à son propos, figure l'abandon de l'incinération. Corinne Lepage milite pour un avenir sans incinération. Aussi a-t-elle accueilli avec satisfaction les propos de Dany Dietmann qui lui expliquait que tout récemment les trois villages de la Porte d'Alsace avaient décidé à 1'unanimité de quitter le syndicat mixte du secteur 4 (SM 4) afin d'éviter de participer financièrement à la construction du troisième incinérateur du Haut-Rhin équipement que les élus sundgauviens jugent contradictoire avec leur politique de tri. Pour Corinne Lepage aussi, construire un troisième four dans le Haut-Rhin «serait une erreur ».
D'ailleurs pour donner une meilleure audience à cette prise de position. en début d'après-midi elle a quitté le Sundgau pour se rendre sur le site même où est prévue l'implantation de cet incinérateur, à Aspach-le-Haut . Là-bas les opposants ont redoublé de mobilisation depuis que le conseil général du Haut-Rhin a validé le projet (Lire également notre article sur ce sujet dans le premier cahier).

Julien Steinhauser.
Aux élections présidentielles de 2001, Corinne Lepage avait recueilli 1,88 % des suffrages au premier tour.